logo
Groupe d’Entraide Mutuelle

Accueil et activités pour personnes cérébrolésées

escalade en milieu naturel

Publié le 04 Septembre 2015

Sortie à Dourgne, le 29 Juin 2015, racontée par Nathalie
Suite à mon accident, nous avons découvert l'Association des Traumatisés Crâniens
dont le président est Monsieur BARON puis, GEM'ACTIV qui s'occupe des
animations et envoie le programme tous les mois à chaque adhérent.
Il y a environ un an et demi, je vois sur le programme "Escalade".  Je pense que c'est
peut être une nouvelle expérience à saisir et que cela m'aidera dans la récupération
de mon hémiplégie en plus de la marche, natation et des séances de
kinésithérapeutes.
Depuis, j'y vais deux fois par mois. Maryse, animatrice de GEM'ACTIV, nous
accompagne au gymnase, nous suit et nous encourage etc..Cela se passe en salle
sur des murs du plus simple au plus difficile suivant les niveaux de chacun. Gérald,
Educateur Sportif, gère notre groupe (car nous sommes environ 3 à 4 participants),
et nous fait progresser énormément, nous conseille, nous aide à prendre conscience
et confiance suivant les difficultés rencontrées.
Ils sont vraiment super !
Au fil des mois, nous apprenons qu'une sortie est prévue fin juin à DOURGNE dans
le Tarn sur des falaises.
Bien sûr, suis-je capable d'y participer ?, évidemment de nombreuses  questions se
posent dans ma tête puis à Gérald forcément.
Le jour "J" arrive ! Mais quelle appréhension !
Les falaises sont à nos pieds, le temps est  très agréable.
Ce ne sont plus des murs et les difficultés commencent par l'escalade des falaises.
Quelle "galère" par endroit, mais cette journée fut magnifique tout d'abord par le
cadre naturel, mais aussi l'ambiance, l'entente du groupe et  surtout l'escalade !
Journée très riche et très physique : super géniale !!!
Merci Gérald, Maryse, Olivier, Arnaud, et Thierry !
A renouveler surtout !

Témoignage de Michelle T-R, adhérente

Publié le 05 Janvier 2015

Le GEM est pour moi une "REVIE" !

Cela me permet de sortir de mon isolement, cet accident vasculaire cérébral m'ayant tout fait perdre :

  • Mon travail
  • Mon concubin ( qui ne supportait pas mon handicap )
  • Mon domicile : J'ai donc dû déménager dans un petit 2 pièces à Toulouse et laisser ma maison T5 avec jardin à Cugnaux. Ce déménagement m'a fait perdre tous mes anciens collègues et amis de Cugnaux.

Mais grâce au GEM je m'en suis fait d'autres très sympas et nous sommes heureux de nous retrouver tous ensemble pour participer à des activités sportives, manuelles et ludiques.

Témoignage de marie-thérèse B. présidente du GEM'Activ Colomiers

Publié le 05 Novembre 2014

Dans une autre vie, (c’est mon expression préférée), j’étais pharmacien dans un laboratoire industriel, département recherche ; divorcée depuis longtemps, j’ai élevé trois enfants tout en gérant le travail, la maisonnée, les scolarités, les vacances, bref tout ce qu’une femme en forme fait au quotidien.........mais, la fatigue insidieuse a fait qu’un dimanche ensoleillé, en compagnie de ma benjamine et de ma mère, j’ai été distraite : sur une route inconnue, nous nous rendions à une invitation et j’ai manqué un carrefour ; tentant un demi-tour pour récupérer notre chemin, j’ai été percutée par un motard.

Résultat : coma immédiat, réveil lent et angoissant dans un lit d’hôpital, perte totale de la mémoire, hémiplégie traumatique droite bras et jambe, fractures multiples que je découvrirai petit à petit. Je sus plus tard que ma fille aînée, 23ans, en fin d’études de droit, avait pris le contrôle, en ayant par chance un contact avec l’AFTC MP qui lui donne les coordonnées d’un médecin conseil et d’un avocat spécialisé dans la réparation du préjudice corporel.

C’était il y a quinze ans maintenant : depuis, je n’ai plus travaillé ; j’ai fait de la rééducation à l’hôpital, en libéral et par moi-même ; je me suis fait aider à la maison, au début chaque jour (personnel, infirmière) puis une demi-journée par semaine à présent ; quatre ans plus tard, j’ai pu régulariser mon permis de conduire et me déplacer avec un véhicule à boîte automatique ; mes enfants ont quitté le domicile les uns après les autres ; seule avec mon chien, j’ai commencé à penser que je ne devais pas rester isolée avec mes angoisses, mes lenteurs, mes handicaps résiduels.

J’ai téléphoné au bureau de l’AFTC MP puis j’ai pris une adhésion, en tant que victime et famille tout à la fois ! C’est ainsi que j’ai noué des contacts avec les autres blessés. A cette époque, l’AFTC MP commençait à organiser un GEM : j’ai participé aux premières activités. La Présidente de l’époque souhaitant arrêter sa mission, j’ai été propulsée nouvelle Présidente ! L’ARS nous incitait à trouver un local indépendant : c’est ainsi que je me suis lancée véritablement : j’ai trouvé un local, j’ai organisé son aménagement, j’ai embauché des salariés, et nous avons continué à développer les activités, avec l’aide du vice-président et de bénévoles : j’aime cet investissement, il m’a permis de revivre. Et certainement de mieux comprendre la souffrance de mes enfants et celle de mes pairs.

C’est ainsi, en réponse aux questions étonnées de mes proches, que je réponds « ces traumas crâniens, c’est aussi ma famille, je les comprends, j’ai vécu la même chose, je vis moi-aussi ma deuxième vie et il faut qu’elle soit aussi intéressante que possible». C’est un parcours difficile que d’entrer dans le monde du handicap, très éprouvant pour soi-même et pour sa famille ; peut-être fait-il de vous une meilleure personne ou tout au moins une personne plus humaine, et sans doute plus tolérante, mais en même temps plus combative : notre société commence à peine à prendre en compte tous ses membres, y compris les « différents » !